Séminaires de Politiques Agricoles >

Comité d'organisation des Séminaires de Politiques Agricoles

 
Frédéric COURLEUX (Parlement Européen) - Mickaël HUGONNET - Thierry POUCH (APCA et URCA) - Aurélie TROUVÉ (AgroParisTech)
 

Les Séminaires à venir

Veuillez noter les dates des prochains séminaires de politiques agricoles :

 

 

14 décembre 2021 : Marie-Claude Maurel, directrice d'étude à l'EHESS, présentation de son ouvrage sur le foncier dans les Pays de l'Est

Présentation de la conférencière : https://www.ehess.fr/fr/personne/marie-claude-maurel
Présentation de l'ouvrage : https://lms.hypotheses.org/1221

 

 

 

11 janvier 2022 : Madeleine Fairbairn, Professeure associée à l'université de Californie, présentation de son ouvrage "Fields of gold - Financing the global land rush"

Lien vers la conférencière : https://envs.ucsc.edu/faculty/index.php?uid=mfairbai
Lien vers l'ouvrage : https://www.cornellpress.cornell.edu/book/9781501750083/fields-of-gold/

 

 

Afin de permettre à un grand nombre de personnes de participer, nous maintenons le séminaire sous forme de visioconférence.

Les explications pour participer : voir le document

 

 

Les séminaires

 

2021

  • 12 octobre 2021

Frédéric Courleux

Assistant au Parlement Européen

Les yeux dans les trilogues : réforme de la PAC, quoi de nouveau ?

Assistant du député Eric Andrieu, rapporteur principal sur le règlement OCM (Organisation Commune des Marchés), Frédéric Courleux présentera les principales nouveautés de la PAC. Reconduction des autorisations de plantation de vignes, recommandation sur le prix du raisin dans les interprofessions, mesures de gestion de crise plus flexibles, généralisation de la maitrise de l'offre à tous les produits sous indication géographique, dérogation au droit de la concurrence motivée au nom du bien-être animal et de l'environnement, etc. : il se centrera sur le règlement OCM tout en dressant les grandes lignes de l'ensemble de la réforme. Il rapportera également sa perception du fonctionnement institutionnel d'une négociation, et des jeux d'acteurs entre les différentes parties prenantes.

Animateur : Thierry Pouch

Voir le film de la présentation.

Voir le film des débats.

 

En partenariat avec la SFER et INRAE :

  • 14 septembre 2021

L'élevage à l'épreuve des faits et des politiques publiques

Hervé Guyomard, Vincent Chatellier, Jean-Louis Peyraud, Pierre Dupraz et Zohra Bouamra-Mechemache, adhérents de la SFER, sont intervenus successivement le 14 septembre 2021 au SPACE (Rennes) dans un séminaire organisé par INRAE en partenariat avec la SFER.

Vidéo 1 : Hervé Guyomard – Introduction
Vidéo 2 : L’élevage européen et français : entre pressions concurrentielles, dépendance aux aides et hétérogénéité des revenus (Vincent Chatellier)
Vidéo 3 : Des productions animales d’aujourd’hui à l’élevage de demain : comment réduire l’empreinte climatique et environnementale de l’élevage ? (Jean-Louis Peyraud)
Vidéo 4 : Elevage et PAC : peut-on concilier climat et biodiversité ? (Pierre Dupraz)
Vidéo 5 : Doit-on aussi réguler la consommation de produits animaux ? (Zohra Bouamra-Mechemache)

Film de la conférence ; diaporama.

 

  • 11 mai 2021

Janet Dwyer

Professeure à l’Université de Gloucestershire, spécialiste des politiques agricoles et rurales

Tom Lines

Consultant et chercheur spécialiste des marchés agricoles et financiers

Le Brexit et l'agriculture : quelles conséquences au Royaume-Uni ?

Depuis le 1er janvier 2021, le Brexit s’applique, avec de nombreuses conséquences économiques et politiques pour le Royaume-Uni.  Quelles répercussions attendues en matière d’accords et de flux commerciaux agricoles et en matière de sécurité alimentaire, pour ce pays importateur net ? Peut-on s’attendre à une réorientation des politiques et des aides agricoles, puisque la PAC ne s’appliquera plus ? Quelles conséquences possibles sur les agricultures britanniques ?

Animatrice : Aurélie Trouvé (AgroParisTech)

Voir le film de la présentation ; diaporama de Tom Lines ; diaporama de Janet Dwyer.

Voir le film des débats.

 

  • 13 avril 2021

Robert Boyer

Institut des Amériques

Les capitalismes à l'épreuve de la pandémie

Robert Boyer a parlé de son récent ouvrage :

https://www.editionsladecouverte.fr/les_capitalismes_a_l_epreuve_de_la_pandemie-9782348065835

Film de la présentation ; film des débats.

 

  • 9 mars 2021

Hervé Guyomard

Directeur de recherche INRAE

Jean-Christophe Bureau

Professeur AgroParisTech

PAC et Green Deal : quelle compatibilité ?

Réalisée à la demande du Parlement Européen, l’étude des experts d’INRAE et d’AgroParisTech fait plusieurs recommandations nécessaires au renforcement des exigences climatiques et environnementales de la future PAC en cohérence avec les objectifs du Pacte Vert. Parmi les dispositions essentielles à mettre en œuvre selon eux figurent le renforcement de la conditionnalité, qui oblige à un respect d’exigences minimales pour bénéficier des aides du premier pilier de la PAC, des éco-régimes ambitieux ciblant prioritairement la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la préservation de la biodiversité, et la sanctuarisation de budgets dédiés aux mesures climatiques et environnementales dans les deux piliers. Par ailleurs, la gouvernance de la future PAC, dans le cadre des plans stratégiques nationaux, devrait être améliorée. Il s’agit notamment de s’assurer que lesdits plans incluront les objectifs du Pacte Vert et de garantir un suivi de leur mise en œuvre, permettant des actions correctives en cours de route.

Discutante : Aurélie Trouvé (AgroParisTech)
Animateur : Mickaël Hugonnet

Film de la présentation ; film des débats ; diaporama ; lien vers le rapport et pour en savoir plus, voir l'ouvrage "Quelle PAC pour demain ?".

Séminaire en collaboration avec les étudiants de la dominante Développement agricole d'AgroParisTech

 

  • 9 février 2021

Philippe Boullet

Directeur du pôle performance et prospective au CERFRANCE

Geneviève N’Guyen

Enseignante-chercheuse à l'ENSA de Toulouse

Robert Levesque

Président d'AGTER

L'agriculture capitaliste en France : enjeux et limites

Film de la présentation ; film des débats.

Présentation de Robert Levesque, présentation de Philippe Boullet, présentation de Geneviève N'Guyen.

 

 2020

  • 15 décembre 2020

Philippe Chotteau

Directeur du département Économie de l'Institut de l'Élevage

Impacts économiques, sanitaires et environnementaux de l'accord UE-Mercosur : le cas de la viande bovine

L’intervenant a participé à une Commission chargée de produire un rapport remis en 2020 au premier ministre sur le thème : « Dispositions et effets potentiels de la partie commerciale de l’Accord d’Association entre l’Union européenne et le Mercosur en matière de développement durable ». L’exposé aborde ici plus spécifiquement le cas du secteur de la viande bovine. Celui-ci est particulièrement emblématique des enjeux économiques, sociaux et environnementaux des deux côtés de l’Atlantique. Les quatre pays membres du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) comptent, en effet, parmi les principaux exportateurs mondiaux et sont de loin les principaux fournisseurs de l’UE.

Film de la présentation ; film des débats ; diaporama ; lien vers le rapport.

 

  • 17 novembre 2020

Edouard Lynch

Professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Lyon 2

Histoire des insurrections paysannes

Les manifestations paysannes, abordées dans le récent ouvrage de l’historien Édouard Lynch, constituent dans l’étude de la France agricole du XXe siècle, un objet paradoxal. Elles sont à la fois centrales par leur nombre, leur ampleur et leur place dans la structuration de l’identité professionnelle de la paysannerie, mais plutôt marginales dans l’étude des mouvements sociaux, marquée par la domination d’une histoire sociale d’abord attentive aux mouvements ouvriers et urbains. Elle s’est longtemps réduite à une histoire folklorisante (la crise de 1907), ou à la tentative « fasciste » des années 1930 (dorgères) et enfin très largement « oublié » dans la période d’une révolution soit disant silencieuse... La réalité est beaucoup plus complexe, et la mise en place d’un « répertoire protestataire paysan », caractérisé par un usage récurrent de la rue, de l’action directe et d’une violence construite et maitrisée se nourrit des relations ambivalentes avec l’opinion et les pouvoirs publics tout au long du siècle. Elles constituent ainsi un point d’observation privilégié des mutations brutales et profondes de l’agriculture contemporaine et interroge sa place, réelle et symbolique dans la société française. 

Film de la présentation ; film des débats ; diaporama.

 

  • 13 octobre 2020

Frédéric Décosse

Sociologue au CNRS

Le travail détaché en agriculture

La présentation des travaux de Frédéric Décosse porte sur le travail détaché en agriculture. Un focus est réalisé sur les impacts du Covid pour cette catégorie de travailleurs agricoles.

Film de la présentation.

 

En partenariat avec la SFER et INRAE

  • 16 septembre 2020 dans le cadre du Webinaire "PAC : pacte vert et élevage"

Vincent Chatellier, Luc Delaby, Pierre Dupraz et Hervé Guyomard, adhérents de la SFER, sont intervenus le 16 septembre 2020 dans un webinaire organisé par INRAE ayant pour thème : "PAC : pacte vert et élevage".

Film de la présentation ; diaporama.

Cette conférence fait écho à l'ouvrage "Quelle politique agricole commune demain ?" publié en juin 2020 aux Editions QUAE (coordonné par Cécile Detang-Dessendre et Hervé Guyomard).

 

  • 10 mars 2020

Jean-Christophe Kroll

Professeur d'économie et de politique agricole, membre de l'Académie d'Agriculture

Un parcours en politique agricole

Jean-Christophe Kroll a été professeur d'économie et de politique agricole à l'Institut national supérieur des sciences agronomiques de l’alimentation et de l’environnement (AGROSUP) de Dijon. Actif tout au long de sa carrière au sein de la Société Française d’Economie Rurale, et du comité de rédaction de sa revue « Economie Rurale », il est membre de l’Académie d’Agriculture de France depuis 2005.

 

En partenariat avec la SFER

  • 12 février 2020, L'agriculture auvergnate, entre plaine et montagne - D'hier à aujourd'hui
    VetAgro Sup Campus agronomique

Voir la rubrique Partenaires

 

En partenariat avec la SFER

  • 10 février 2020, Faire de la PAC un levier pour la transition agroécologique
    AGROCAMPUS OUEST, Rennes

Voir la rubrique Partenaires et voir la présentation ici

 

Séminaire en collaboration avec les étudiants de la dominante Développement agricole d'AgroParisTech

  • 4 février 2020 - Dominique Potier (député), Muriel Gozal (directrice de la FNSAFER), Hélène Béchet (coordinatrice de Terre de Liens Ile-de-France), Adrien Baysse-Lainé (chercheur au Laboratoire d'études rurales Lyon 2)

Régulation du marché du foncier agricole en France : comment lutter contre la concentration et l'artificialisation des terres ?

Qu'il s'agisse des difficultés d'accès à la terre pour les installations, de l’agrandissement des exploitations ou encore de la diminution des surfaces agricoles, la gestion du marché du foncier agricole français montre certaines limites. Quelles sont-elles et quelles autres formes de régulation pourraient y répondre ?

Film de la présentation

 

Dans la continuité de la journée PAC organisée par la SFER à Montpellier en 2018

  • 24 janvier 2020

La réforme de la PAC

Document : voir l'invitation, séminaire de Toulouse

 

  • 14 janvier 2020

Véronique Lucas 

Sociologue rurale, docteure associée à l'UMR Innovation (INRA-SAD)

Une agroécologie silencieuse. Expériences d'agriculteurs en Cuma en recherche d'autonomie

Discutant : Luc Vermeulen, Président de la FNCuma

En analysant la façon dont les agriculteurs travaillent réellement ensemble et s’entraident, Véronique Lucas a mis en lumière des modalités de coopération de proximité formelles mais aussi informelles, qui soutiennent l’engagement vers des pratiques plus agroécologiques. D’abord motivées par une recherche d’autonomie des exploitations agricoles, ces pratiques collectives relèvent de ce qu’elle appelle une “agroécologie silencieuse”, c’est à dire de changements de pratiques réels, progressifs, mais à l’écart des statistiques et des expériences de transition agroécologique généralement mises en avant.

Pour en savoir plus, lien vers la vidéo où Véronique Lucas présente son travail :
https://www.youtube.com/watch?v=VX6HLVCFLnY&list=PL9UzBPrQZPfiYQaPZ-j8mOEK7pfguepIj&index=6&t=4s

Film de la présentation

 

 2019 

  • 19 novembre 2019

Philippe Boyer

Ingénieur général des ponts, des eaux et forêts, ancien secrétaire de l'OFPM à Franceagrimer

L'observatoire de la formation des prix et des marges (OFPM) : genèse, méthodes et résultats

Discutant : Christophe Alliot, Bureau d'Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne

Philippe Boyer présente son expérience à la tête de l’OFPM depuis sa création en 2010. Outre les principaux résultats, il présente les deux approches originales qu’il a développé : l’approche des comptes par rayons de la grande distribution (GD) et l’approche macroéconomique à la Leontief de l’euro alimentaire.

Pour en savoir plus, lien vers les publications de l’observatoire : https://observatoire-prixmarges.franceagrimer.fr/Pages/default.aspx

Document de présentation

Film de la présentation

 

En partenariat avec la SFER

  • 18 décembre 2019, WORKSHOP on Cooperatives and Socio-Economic Changes ESSCA School of Management Angers

Document : voir l'invitation

Programme : voir le document

Le workshop peut être vu en direct sur https://essca.adobeconnect.com/workshopcoop/  

 

  • 21 octobre 2019

Henry Bernstein

Professeur émérite à l'Université de Londres, ancien co-directeur du Journal of Peasant Studies et du Journal of Agrarian Change

L'agriculture à l'ère de la mondialisation

Discutant : Hubert Cochet, professeur d'Agriculture Comparée à AgroParisTech

L’auteur présentera son ouvrage L’agriculture à l’heure de la mondialisation. Traduit dans une dizaine de langues, il constitue une référence internationale pour la compréhension et l'analyse du monde agricole, tant à l'échelle locale que globale. Retraçant les grands bouleversements que furent pour l'agriculture la fin du féodalisme et l'avènement du capitalisme ainsi que les mutations de l'économie agraire induites par l'industrialisation moderne, l’ouvrage développe les concepts permettant de comprendre comment se structure aujourd'hui l'agriculture.

Pour en savoir plus, présentation de l'ouvrage par Edouard Morena qui a assuré la traduction de l'ouvrage :
https://www.youtube.com/watch?v=BoDBImlc6Vc

Film de la présentation

 

  • 27 juin 2019

Gilles Laferté

Directeur de recherche à l'INRA

L'embourgeoisement des agriculteurs

Discutant : Frédéric Courleux (Agriculture Stratégies)

Fin des paysans, crises agricoles, telles sont les représentations les plus communes sur les mondes agricoles. Au contraire, l’enquête ethnographique auprès des céréaliers de l’Est de la France présentée dans ce livre décrit un processus social large propre à de nombreux groupes sociaux bien au-delà de l’agriculture, celui d’embourgeoisement, compris non seulement comme un enrichissement, mais tout autant comme un sens donné à la mobilité sociale ascendante. Au-delà de l’accumulation du capital économique qui en est la condition, l’embourgeoisement se révèle comme une mobilité sociale conservatrice, ici collective, respectueuse de l’ordre social et de la légitimité culturelle des dominants, mobilité ascendante que l’on peut opposer à d’autres formes de mobilité sociale comme celles associées par exemple à la gentrification.

Pour en savoir plus : https://journals.openedition.org/sdt/30642

 

  • 9 avril 2019

André Torre

Directeur de recherche à l'INRA

Eléments de réflexion sur le développement territorial

Le développement, une question un peu oubliée dans les pays industrialisés, revient à l’honneur au niveau des territoires. Il ne s’agit plus seulement aujourd’hui de se poser la question de l’activité économique des entreprises et des exploitations agricoles, ou de l’innovation technologique comme dans les années 1970.
Il faut maintenant également, en matière de développement des territoires, se pencher sur les autres types d’innovations, sociales, organisationnelles et institutionnelles, mais également sur les problématiques de gouvernance, avec les négociations, les débats et les conflits, ainsi que sur l’épineuse et lancinante question de l’occupation des sols.

Pour en savoir plus : https://www.researchgate.net/publication/328856721_Les_moteurs_du_developpement_territorial

 

  • 26 mars 2019

Jacques Berthelot

Maître de conférences retraité de l'ENSAT, expert auprès de SOL

Affaires des olives espagnoles : quelles dont les chances de l'Union Européenne de sauver les aides découplées à l'OMC ?

Discutant : Jean-Christophe Debar, FARM

Le 28 janvier 2019, la Commission européenne a ouvert des consultations avec les Etats-Unis à l'OMC pour contester les droits antidumping et compensateurs imposés depuis août 2018 sur leurs importations d'olives de table espagnoles. Alléguant que les subventions aux oléiculteurs espagnols ne sont pas spécifiques au produit, elle entend défendre les aides découplées, le principal type de subvzention de la PAC avec 35 milliards d'euros. L'enjeu est de taille, si les aides sont considérées comme distorsives, l'UE perd et c'est la principale justification aux réformes de la PAC depuis 25 ans qui s'effondre.

Pour en savoir plus : https:/www.sol-asso.fr/wp-content/uploads/2019/01/La-Commission-europ%C3%A9enne-a-franchi-le-rubicon-sur-les-olives-de-table-espagnoles.pdf

 

En partenariat avec la SFER à l'initiative de la dominante "développement agricole" d'AgroParisTech.

  • 12 février 2019 - Charlotte Emlinger (chercheuse-économiste, CEPII), Philippe Chotteau (directeur du département économie de l'Institut de l'élevage), Jean-Marc Siroën (professeur d'économie à l'Université Paris Dauphine)

Quels enjeux pour l'agriculture face à la nouvelle donne du commerce international ?

 

La conférence-débat est organisée par VetAgro Sup en partenariat avec la SFER avec le soutien de l'association des membres du mérite agricole (AMOMA)

  • 17 janvier 2019 - Michel LHERM et Jacques AGABRIEL (UMR Herbivores, I§NRA Centre Auvergne-Rhône-Alpes)

L'avenir des filières viandes de ruminants du Massif Central : 5 scénarios pour anticiper et s'adapter

Voir l'affiche

La baisse de la consommation individuelle de viande, le réchauffement climatique, le vieillissement de la population d’éleveurs, et la forte dépendance des élevages aux aides publiques sont autant de facteurs de risques pour l’avenir des filières viandes de ruminants du Massif central. Cette étude prospective a été réalisée pour que les acteurs les anticipent et mettent en œuvre des stratégies d’évolution adaptées.
Les cinq scénarios résultent de logiques d’évolutions très contrastées. Ils ont été construits de manière participative par un collectif d’acteurs variés du massif. Chacun de ces cinq futurs illustre ainsi des logiques cohérentes de fonctionnement et des utilisations du territoire bien contrastés. Leurs conséquences ont été quantifiées par une démarche originale alliant expertise, analyse bibliographique et modélisation, en s’appuyant sur des indicateurs de production, d’emploi et de bilan environnemental. La gestion adaptée et raisonnée des prairies et la garantie de la qualité des produits viande sont des points sensibles et incontournables dans tous les scénarios. L’analyse transversale des résultats contrastés montre également que des opportunités peuvent se révéler intéressantes pour l’avenir. Elles seront à saisir et à faire émerger par les partenaires des filières avec le concours des différents collectifs d’acteurs du territoire « Massif central ».

Les séminaires VAS-SFER Auvergne sont gratuits et ouverts à tous ceux qui souhaitent s’informer, échanger, initier des partenariats sur les thématiques concernant l’agriculture, l’agroalimentaire et le développement rural.

 

  • 15 janvier 2019

Pierre Cornu

Université Lyon 2

Egizio Valceschini

INRA

L'histoire de l’INRA entre science et politique – La place de l’économie rurale

Discutants : Cécile Détang-Dessendre (INRA) et Thierry Pouch (APCA, Université de Reims Champagne Ardenne, Académie d'agriculture), auteur de "le destin singulier de Marx dans la science économique en France"

 

2018 

  • 11 décembre 2018

Dominique Potier

Député socialiste de Meurthe-et-Moselle, co-rapporteur de la mission

Présentation des travaux de la mission d’information de l’Assemblée nationale sur le foncier agricole

Discutant : Frédéric Courleux (Agriculture Stratégies)
 
Le renouvellement des générations dans l'agriculture est une condition sine qua non pour assurer la sécurité et la qualité de notre alimentation, produire de la valeur ajoutée économique et environnementale, aménager l'ensemble du territoire. Cette priorité nationale repose sur un outil majeur : la régulation du marché foncier. Les règles qui le régissent doivent rendre possible la liberté d'entreprendre « pour tous » et garantir l'usage du foncier comme celui d'un bien commun dans la durée.

Le rapport : http://www.assemblee-nationale.fr/15/pdf/rap-info/i1460.pdf

Film de la présentation

 

  • 13 novembre 2018

Bertrand Valiorgue

Université Clermont Auvergne

Xavier Hollandts

Kedge Business School

Trois propositions pour réformer la gouvernance des coopératives agricoles

Discutant : Maryline Filippi (INRA-SADAPT)
 
Les coopératives agricoles ont connu ces vingt dernières années d'importantes évolutions en matière de taille et de développement à l'international. Ces évolutions nécessaires pour peser dans la concurrence mondiale ont des conséquences sur la gouvernance et les coopératives sont aujourd'hui amenées à revisiter leur modèle (Loi PACTE, loi EGA, entreprises à mission...). Trois propositions de réforme concrètes susceptibles d'aider les adhérents, les élus et les dirigeants à bâtir des stratégies durablement créatrices de valeur seront présentées.

 

  • 9 octobre 2018

Dominique Barjolle

ETH Zürich

Philippe Jeanneaux

VetAgro Sup

Renforcer les systèmes alimentaires durables grâce aux indications géographiques

Discutant : André Barlier (INAO)
 
Basé sur 9 études de cas réparties sur 5 continents, ce rapport piloté par la FAO propose une vision d’ensemble des indications géographiques (IG) comme modèle vertueux d’organisation des producteurs. Les conditions d’émergence et de maintien de ces stratégies collectives, ainsi que leurs atouts sont ainsi illustrés par des exemples concrets. Rééquilibrer la formation des prix par le contrôle de l’offre constitue l’un des effets positifs des IG à côté de la diffusion des innovations et l’amélioration de la qualité des produits.
 
Rapport complet disponible :  http://www.fao.org/3/I8737EN/i8737en.pdf

 

  • 15 Mai 2018

Pierre-Etienne Bouillot

AgroParisTech

Le droit face aux enjeux de l’agriculture durable

À l'heure où l'on appelle à réconcilier l'agriculture avec la durabilité, l'examen fait par Pierre-Etienne Bouillot de l'état du droit rural révèle, au travers de plusieurs exemples pertinents, l'obéissance de celui-ci à une logique économique libérale qui ne permet pas de relever les défis actuels et futurs de l'agriculture.

https://www.cosmografia.fr/produit/le-droit-face-aux-enjeux-de-lagriculture-durable/

 

  • 10 avril 2018 -  () et

Pierre Bitoun

INRA-SAD-APT

Yves Dupont

Le sacrifice des paysans – Une catastrophe sociale et anthropologique

https://www.lechappee.org/le-sacrifice-des-paysans

 

  • 6 mars 2018

Jean-Philippe Colin

IRD

Michel Merlet

Agter

Les marchés fonciers fonciers ruraux en Afrique de l’Ouest et les outils de leur régulation

Basée sur 4 pays de la sous-région, cette étude analyse les articulations et interférences entre l’Etat, la coutume et le marché dans l’allocation des différents droits liés à la terre et avance des propositions concrètes pour nourrir les débats sur les outils de régulation des marchés fonciers.

http://www.ipar.sn/Rapport-de-l-Etude-regionale-sur-les-marches-fonciers-ruraux-en-Afrique-de-l.html

 

  • 6 février 2018

La répartition de la valeur au sein des filières agricoles

Débat organisé par les élèves agroéconomistes de la dominante ‘‘Développement agricole’’ d’AgroParisTech

Avec :
- Olivier Allain, coordinateur des Etats généraux de l’alimentation (EGA), éleveur et vice-président du conseil régional de Bretagne
- André Bernard, producteur de tomates industrie et président de l’association nationale interprofessionnelle des fruits et légumes transformés
- Serge Papin, président-directeur général de Système U et président de l’atelier 5 des EGA « rendre les prix d’achats plus rémunérateurs pour les agriculteurs »

 

 2017 

  • 12 décembre 2017

Pablo Luna

EHESS-CRH-Erhimor

Niccolo Mignemi

EHESS-Ecole française de Rome

Prédateurs et résistants – Appropriation et réappropriation de la terre et des ressources naturelles (16e-20e siècles)

Pour plus d’information : http://erhimor.ehess.fr/index.php?1587

 

  • 14 novembre 2017

Gilles Allaire

INRA

Benoit Daviron

CIRAD

Transformations agricole et agroalimentaire – Entre écologie et capitalisme

Discutant : Thierry Pouch (APCA, chercheur associé au laboratoire Regards de l’Université de Reims Champagne Ardennes)
 
Gilles Allaire et Benoit Daviron proposent une lecture d’ensemble de l’ouvrage collectif dont ils ont coordonné la publication suite au colloque organisé pour célébrer les 20 ans de l’ouvrage aux accents polanyiens « la grande transformation de l’agriculture ».
 

 

  • 3 octobre 2017

Baptiste Gatouillat

Agriculteur et vice-président JA

Nicolas Sarthou

Agriculteur et administrateur national

« Anticipons aujourd’hui pour gérer les risques demain » - Présentation du rapport d’orientation des Jeunes Agriculteurs sur la prévention et la gestion des risques en agriculture

Discutant : Frédéric Courleux, think tank Momagri
 

 

  • 14 juin 2017

Eddy Fougier

Politologue et chercheur associé à l’IRIS (Institut des Relations Internationales et Stratégiques)

Le vote des agriculteurs

Discutant : Jean-Marie Séronie, Agro-économiste / www.agroeconomie.com

Bien que ne représentant plus qu’une fraction de l’électorat, le vote agricole compte toujours et il est d'autant plus intéressant à étudier que le secteur est frappé depuis quelques années par de nombreuses crises à la fois conjoncturelles et structurelles et qu'un certain nombre d'affiliations politiques traditionnelles semblent être de plus en plus remises en cause.

Pour aller plus loin :

- une note de la Fondapol sur les agriculteurs et le FN (co-écrite avec le sondeur J. Fourquet) : http://www.fondapol.org/etude/eddy-fougier-et-jerome-fourquet-le-front-national-en-campagnes-les-agriculteurs-et-le-vote-fn/  

- une vidéo récente http://www.pleinchamp.com/actualites-generales/actualites/le-7-mai-les-agriculteurs-voteront-pour 

 

  • 18 avril 2017

Christian Couturier

SOLAGRO, directeur du pôle Énergie

Présentation du scénario AFTERRE 2050  

Discutant : Quentin Delachapelle, agriculteur et président de la FNCIVAM

L’association Solagro a conduit un travail de prospective très abouti sur les trajectoires d’évolution vers une agriculture française plus durable à l’horizon 2050. En partant d’une analyse des besoins alimentaires, un scénario central et deux variantes ont été établies pour appréhender les perspectives d’évolution des systèmes de production. Les résultats traduisent une amélioration significative de l’impact de l’agriculture sur les différentes dimensions de la durabilité (économique, sociale et environnementale).

Pour plus d’informations : http://afterres2050.solagro.org/a-propos/le-projet-afterres-2050/

 

  • 7 mars 2017

Michel Colombier

IDDRI, Directeur scientifique

L’agriculture a-elle été oubliée dans l’Accord de Paris ?

Après des années de difficiles négociations pour tenter d’étendre et prolonger le Protocole de Kyoto, l’échec de Copenhague a conduit la communauté internationale à radicalement changer d’approche. Cet aggiornamento a permis de trouver enfin à Paris un accord entre toutes les Parties, avancée unanimement saluée tant cet horizon semblait encore lointain quelques années auparavant. Mais cette architecture nouvelle pose également de nombreuses questions, à commencer par celle de l’ambition globale, clairement insuffisante. Dans le même temps, plusieurs communautés, et notamment celle de l’agriculture, s’interrogent : n’a-t-on pas fait l’impasse dans cet accord sur des leviers incontournables de la lutte contre le changement climatique ?

 

  • Mardi 21 février 2017

Dominique Vollet

Directeur UMR Territoires (AgroParisTech-Inra-Irstea-VetAgro Sup, Université Clermont Auvergne), Président de l’instance nationale d’évaluation de l’ICHN

Intérêts et limites du dispositif français de soutien aux zones de montagne et intermédiaires : quelques apports de l’évaluation de l’ICHN (Indemnité compensatoire de handicaps naturels) sur la période 2007-2013

Discutant : Gilles Bazin (AgroParisTech)

 

  • 10 janvier 2017

Carte blanche à Marcel Mazoyer : sa vie, son œuvre

 2016 

  • 13 décembre 2016

Catherine Laurent

Directrice de recherche INRA UMR SAD-APT INRA/AgroParisTech

Les expositions aux pesticides en agriculture : une question pour les politiques agricoles ?

Discutante : Florence Jacquet 
 
Ces dernières années la question des expositions aux pesticides a été l’objet d’attentions croissantes dans les politiques de santé. Les recherches qui sous-tendent ces politiques ont travaillé principalement sur l’analyse des effets sur la santé mais aussi sur les mécanismes d’expositions, en vue de concevoir des moyens de prévention adaptés.
Cette réflexion sur les mécanismes d’exposition concerne directement de nombreux objets des ruralistes (pratiques agricoles, choix des modèles technologiques, modalités de délivrance du conseil...). Elle invite donc à mieux comprendre comment politiques de santé et politiques agricoles peuvent s’articuler pour élaborer des bases de connaissances partagées, afin de mieux raisonner la prévention. L’exposé développera ces différents points en s’appuyant sur des constats réalisés lors de l’expertise Anses sur les expositions professionnelles aux pesticides en agriculture, qui vient de paraître (https://www.anses.fr/fr/content/publication-du-rapport-sur-les-expositions-professionnelles-aux-pesticides-mieux-conna%C3%AEtre ).
Le rapport d'expertise complet sera par ailleurs présenté le 8 décembre 2016 à Paris lors d'une journée débat organisée par les auteurs. http://www6.versailles-grignon.inra.fr/sadapt/ExpoPest

 

  • 8 novembre 2016

Pascal Grouiez

Economiste Paris 7 - Ladyss

Agro-holdings et régulations sectorielles en Russie

Discutant : Hubert Cochet, Agroéconomiste, UFR Agriculture comparée, AgroParisTech
 
Le séminaire traitera des transformations majeures qu’a connu l'agro-industrie russe depuis 20 ans. Intégrant dans une même entité la production de matières premières jusqu’à la transformation, l’émergence des agroholdings est analysée comme le résultat de compromis entre acteurs politiques et économiques. Cette nouvelle forme d’organisation de la production agricole continue toutefois de composer avec d'autres formes comme les firmes de l’industrie agro-alimentaire, les petites exploitations familiales ou les entreprises individuelles. Des régulations nationales et territoriales émergent et permettent aux différents acteurs économiques de développer des stratégies de niche. L'embargo russe sur les importations européennes est ainsi moins vu comme un élément déclencheur d’une nouvelle stratégie de développement agro-alimentaire que comme le moyen de renforcer un processus préexistant.

 

  • 11 octobre 2016

Tomas Garcia Azcarate

IEGC-CSID Madrid et ancien fonctionnaire de la DG Agri - http://tomasgarciaazcarate.com

Gestion des risques et PAC : une proposition

Co-auteur d’un récent rapport réalisé pour le Parlement Européen sur la gestion des risques dans la PAC, il présentera un état des lieux des mesures nationales et communautaires à l’œuvre pour en dresser le bilan d’un développement très inégal d´un Etat membre à l´autre et peu brillant à l´échelle communautaire. Sur cette base, une partie prospective développant une proposition à vocation réaliste sera discuté afin de nourrir le débat de ce séminaire.
Lien vers le rapport : http://www.europarl.europa.eu/thinktank/en/document.html?reference=IPOL_STU%282016%29573415.

 

  • 13 septembre 2016

Vincent Ribier

CIRAD

Jean-Jacques Gabas

CIRAD

Les transformations des politiques de coopération internationale en matière agricole

A partir de l’ouvrage dont ils viennent de coordonner la publication, l'exposé porte sur la trajectoire sur longue période de la politique française de coopération agricole depuis les années 60, les bases sur lesquelles elle s'est construite et les orientations qu'elle a prises. Pendant plusieurs décennies, ce modèle puisant ses racines dans la période coloniale, mais aussi dans les acquis de la PAC va se caractériser par le rôle central de l’État et une assistance technique massive. Soumis à l'influence pressante des principaux acteurs du régime international de l'aide à partir des années 80, le modèle résiste dans un premier temps mais finit par céder dans les années 90 en modifiant ses pratiques. La réforme institutionnelle de 1998 renforce la perméabilité de la coopération française aux normes et aux idées du régime international de l'aide. Le modèle français ne disparait pas pour autant : il s'hybride, combinant des composantes héritées de l'histoire avec d'autres, d’inspiration plus libérale.
Lien vers l’ouvrage : http://www.karthala.com/hommes-et-societes-sciences-economiques-et-politiques/3037-les-transformations-des-politiques-de-cooperation-secteurs-agricoles-et-miniers-au-canada-et-en-france-9782811114350.html

 

  • 21 juin 2016

André Torre

INRA SAD-APT

Dominique Vollet

IRSTEA

Partenariats pour le développement territorial

Les actions en faveur du développement des territoires ruraux et agricoles, confrontées aux profondes mutations de ces espaces, ne font aujourd’hui plus consensus. Ces changements conduisent à la mise en œuvre de nouvelles pratiques, fondées sur de nouvelles connaissances et de nouvelles formes de coordination entre acteurs. Chercheurs et praticiens trouveront dans ce livre les bases méthodologiques et des exemples d’outils pertinents pour repenser le développement territorial.
http://www.quae.com/fr/r4794-partenariats-pour-le-developpement-territorial.html

 

  • 10 mai 2016

Fabien Champion, agro-économiste, Institut de l’Elevage

Agro-économiste, Institut de l'élevage

Les enjeux des négociations du TTIP pour l’élevage

Discutant : Thierry POUCH, APCA et Université de Reims
 
Les négociations entre les Etats-Unis et l’Union européenne pour un accord de libre-échange (TTIP ou TAFTA) s’accélèrent depuis la fin de l’année 2015. L’objectif affiché de la Commission européenne et des négociateurs américains est de parvenir à un compromis avant la fin du mandat du président Obama. Face à ce potentiel accord et aux nombreux enjeux qu’il soulève, les secteurs de l’élevage français affichent deux positions diamétralement opposées. D’un côté, les filières viandes s’opposent frontalement au risque d’être mis en concurrence avec le modèle de production américain, basé sur l’élevage intensif et l’administration de facteurs de croissance. De l’autre, le secteur laitier voit dans le TTIP l’opportunité d’exportations à haute valeur ajoutée vers un marché à pouvoir d’achat élevé qui reconnaitrait enfin ses garanties sanitaires et l’unicité de ses produits à fort ancrage territorial. Fabien Champion présentera les différents travaux réalisés par les Instituts techniques agricoles français (Idele, Ifip et Itavi) pour objectiver ces enjeux.

 

  • 12 avril 2016

Pierre Blanc

Docteur en géopolitique (HDR) et Ingénieur en chef des Ponts, des eaux et des forêts, Pierre Blanc est enseignant-chercheur en géopolitique à Bordeaux (Sciences po et Sciences agro) et rédacteur en chef de Confluences Méditerranée et directeur de la Bibliothèque de l'Iremmo (Institut de recherche et d'étude sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, Paris). Il a publié récemment "Proche-Orient, le pouvoir, la terre et l'eau", Presses de sciences po, 2012, et avec Jean-Paul Chagnollaud "L'atlas du Moyen-Orient, aux racines de la violence", Autrement, 2016, "Violence et politique au Moyen-Orient", Presses de sciences po, 2014, "Atlas des Palestiniens, un peuple en quête d'Etat, Autrement, 2012"

Géopolitique des dynamiques agraires au Proche-Orient

L’actualité géopolitique du Proche-Orient est tragiquement abondante. Dans un champ surinvesti par les analyses en termes religieux, George Corm a raison d'en appeler à une "approche profane des conflits". La mobilisation du sacré est bien souvent le débouché de dysfonctionnements géopolitiques, politiques, économiques et sociaux. La dimension agraire en particulier mérite d'être ainsi reconsidérée. Le croisement entre conflictualité et agriculture nous permet de mettre en lumière plusieurs fonctions géopolitiques de l’agriculture, observables dans d’autres régions mais très prégnantes au Proche-Orient : l'agriculture est articulée à la recherche de puissance et de sécurité, elle facilite les logiques de territorialisation à fort soubassement stratégique dans des contextes conflictuels, les ressources qu'elle mobilise - la terre et l’eau – sont des motifs supplémentaires de compétitions, la figure du paysan et la dimension agraire ne sont pas sans incidence sur la fabrique des identités.

 

  • 9 mars 2016

Alessandra Kirsch

Doctorante en économie à AgroSup Dijon

Jean-Christophe Kroll

Professeur d'économie émérite à AgroSup Dijon

Performance environnementale et distribution des aides de la PAC : la dernière réforme améliore-t-elle la situation ?

Les réformes successives de la Politique Agricole Commune (PAC) sont marquées par une tentative de légitimation environnementale des soutiens publics. Mais leur distribution actuelle et à venir bénéficie-t-elle réellement aux exploitations agricoles les plus favorables à l’environnement ? Les auteurs proposent une approche novatrice basée sur la conception d'indicateurs environnementaux construit à partir du RICA et de travaux de simulation des effets redistributifs de la dernière PAC et de son application française.

 

  • 9 février 2016

Pierre Labarthe

Claude Compagnone

Frédéric Goulet

Conseil privé en agriculture : acteurs, pratiques et marché

Le champ du conseil en agriculture est en pleine reconfiguration avec l’arrivée de nouveaux acteurs désormais incontournables : les conseillers travaillant pour le secteur privé. Si les raisons de leur essor sont bien identifiées, leur identité, leurs pratiques, leurs compétences et les relations qu’ils entretiennent avec les producteurs et les autres opérateurs du conseil sont encore largement méconnues. Les auteurs présenteront l'ouvrage qu'ils viennent de coordonner sur le sujet.

 

 2015 

  • 8 décembre 2015

Jean-Marc Touzard

Directeur de recherche INRA Montpellier

La vigne et le vin face au changement climatique : quels impacts ? Quelles adaptations ? Quelles politiques publiques ?

Discutant : Patrick Aigrain, Chef du service Evaluation, Prospective, Analyses Transversales, FranceAgrimer 

L’agriculture est à la fois responsable et victime du changement climatique. Elle est également présentée comme source de solutions. En plein sommet des Nations Unies en France (COP 21), Jean-Marc Touzard présente ses travaux de recherche sur la question, appliqués au secteur viticole et construits autour du projet de recherche Laccave : http://www1.montpellier.inra.fr/laccave/wimiz/wimiz.php?page=accueil

 

  • 6 octobre 2015

Dacian Ciolos

Ancien Commissaire Européen à l'agriculture

Les négociations sur la réforme de la PAC 2014 : le dessous des cartes

 

  • 15 septembre 2015

Marc Benoît

Directeur de recherche, INRA, Clermont-Ferrand

Le bio peut-il nourrir le monde ?

Discutant : Dominique Marion, Fédération nationale d’agriculture biologique
 
Marc Benoit se propose de vous faire partager la conférence qu'il a donnée le 13 mai dernier dans le cadre des conférences du Pavillon France à l'Exposition Universelle de Milan. Cette présentation tient à montrer la complexité de la question et les enjeux sociétaux qu'elle recouvre, au-delà de l'aspect quantitatif de nourrir 9 milliards d'humains en 2050. http://www6.inra.fr/comite_agriculture_biologique/Accueil/Actualites/le-bio-peut-il-nourrir-le-monde

 

  • 3 juin 2015

Michel Dantin

Député européen, ancien Rapporteur pour la PAC 2014-2020

Les réformes de la PAC vues depuis le Parlement européen : bilan et perspectives

Michel Dantin, membre de la commission Agriculture et Développement Rural au Parlement européen depuis 2009, nous livrera son analyse de la dernière réforme de la Politique Agricole Commune. Première réforme en co-décision, il évoquera en particulier le rôle du Parlement au cours de la négociation et reviendra notamment sur les amendements qu'il porta pour faire émerger un nouveau système de régulation dans le secteur laitier à l'issue du régime des quotas laitiers. Plus largement, il dressera les perspectives en matière agricole et de développement rural de la nouvelle mandature compte tenu de l'agenda de la Commission européenne.

 

  • 14 avril 2015

Jean Marc Chaumet

Institut de l'élevage, rédacteur de "Chine_Abcis" la lettre de veille et d'analyse de l'économie de l'élevage en Chine

La politique de sécurité alimentaire chinoise : entre soutien domestique et sécurisation des flux d'importation

Discutant : Jean Noël Depeyrot, Centre d'Etudes et de Prospective, MAAF
 
Atelier du monde, premier exportateur mondial tous produits confondus la place de l'Empire du Milieu dans le commerce mondial des produits manufacturés est largement connue. La construction de la puissance chinoise repose cependant sur une dépendance croissante vis-à-vis de l'étranger. L'ouverture et les réformes chinoises, entamées en 1978, ont été à l'origine de bouleversements structurels à l'intérieur du pays. Les surfaces agricoles se maintiennent avec difficulté, la pollution des eaux et des terres freinent le développement des productions, la sécurité sanitaire des produits est à l'origine de nombreux scandales. La place croissante des produits animaux dans ses assiettes a obligé la Chine à adapter sa politique agricole et sa stratégie. Elle s'est tournée vers le marché mondial pour approvisionner, en quantité et en qualité, sa population. D'abord centrée sur l'alimentation animale, les importations concernent aujourd'hui les produits animaux qui accentuent le déficit commercial agricole et agroalimentaire (50 milliards de dollars en 2013). En outre, dans le but de sécuriser son approvisionnement alimentaire, la stratégie chinoise évolue et repose de plus en plus sur des investissements hors de ses frontières. Enfin, le dernier axe de développement concerne l'accueil des investissements étrangers en Chine. L'analyse de la politique dans le secteur laitier permettra de décrire concrètement cette évolution de l'agriculture chinoise.

 

  • 17 mars 2015

Daniel-M. Gouin

Titulaire de la Chaire d'analyse de la politique agricole et de la mise en marché collective, Université Laval, Québec, chercheur invité, Institut de l'élevage, Paris

À la sortie des quotas laitiers en Europe, où en est la régulation du secteur laitier dans quelques pays producteurs (États-Unis, Canada, NZ) ?

L'exposé de Daniel-M. Gouin proposera un support à la discussion sur les perspectives de l'après quotas sur la base de l'analyse des systèmes de régulation des filières laitières dans les trois importants pays producteurs que sont les États-Unis, le Canada et la Nouvelle-Zélande.
Le nouveau Farm Bill laitier américain et son mécanisme d'assurance marge suscitent un grand intérêt de certains membres de la filière laitière européenne, mais l'organisation de marché par les Milk Marketing Orders qui assure une péréquation des prix entre producteurs mériteraient autant d'intérêt dans le contexte européen et en particulier français. Ensuite, si le système de gestion de l'offre qui résiste encore au Canada sera brièvement abordé, l'attention sera davantage portée sur les mécanismes de mise en marché collective, puisqu'il s'agit d'une contractualisation obligatoire et encadrée. Finalement, le cas de la Nouvelle-Zélande sera présenté. On y rappellera qu'il n'y a plus à proprement parler de politique laitière, mais que la coopérative Fonterra, qui a récupéré à sa fondation les principales prérogatives du Dairy Board, y joue un rôle déterminant.
Télécharger la présentation

 

  • 10 février 2015

Serge Cordellier

Consultant et chercheur indépendant en économie sociale

Pierre-François Vaquié

Délégué général de la FNCUMA (Fédération Nationale des Coopératives d'Utilisation du Matériel en Commun)

La coopération agricole de production : historique, perspectives et place dans les politiques agricole

Ce séminaire sera l'occasion de revenir sur l'histoire des formes d'action collective en agriculture que sont les coopératives de production. Au-delà des CUMA et des GAEC, figures incontournables de l'économie agricole en France, Serge Cordellier nous éclairera sur la genèse de ses instruments au service de la modernisation du secteur à partir d'un travail de recherche-action engagée par la FNCuma et récemment publié par la RECMA (Revue internationale de l'économie sociale). Il traitera également des SCIC (Société coopératives d'intérêt collectif), SCOP (société coopérative participative) et CAE (Coopérative d'activité et d'emploi), modes d'organisation promues par l'Economie Sociale et Solidaire, dont il paraît pertinent d'étudier le potentiel de développement en agriculture. Enfin, la discussion pourra également porter sur les formes d'action collective que seront les GIEE, groupements d'intérêt économique et environnemental, introduits lors de la dernière loi d'avenir.
Télécharger la présentation

 

  • 13 janvier 2015

Pierre Marie Bosc

CIRAD - coordinateur du rapport 'investir dans la petite agriculteur' par le panel d'experts à haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition – FAO

Jean Marie Sourisseau

CIRAD - coordinateur de l'ouvrage collectif « Agricultures Familiales et monde à venir » ed. QUAE

Agriculture familiale : les enjeux d'une définition - Entre consensus et controverses, l'année internationale de l'agriculture familiale

Discutant : Henri Rouillé d’Orfeuil, chargé de mission interministérielle pour la préparation de l’année internationale 2014 de l’agriculture familiale
 
La définition de l'agriculture familiale apparaît a priori triviale alors que se termine 2014 déclarée par l'Assemblée générale des Nations Unies comme "Année Internationale de l'Agriculture Familiale". Or définir l'agriculture familiale suppose non seulement de la définir pour ce qu'elle est, mais aussi au regard de ce qu'elle n'est pas, et par rapport à d'autres dénominations qui ne la définissent pas totalement (petite agriculture, agriculture de subsistance, agriculture paysanne, etc.). Au final, l'effort de définition se révèle complexe, car il invite à remettre en cause certaines manières de penser, parce qu'il questionne les modèles de développement agricole (et notamment la modernisation), et au-delà les trajectoires de développement tout court. La définition n'est donc pas anodine, comme l'expriment les réactions suscitées dans le milieu académique, politique et au sein des organisations professionnelles et de la société civile, qui oscillent entre des consensus surprenants et des controverses inattendues ou décalées. Notre intervention visera à présenter un essai de définition, la démarche sous-jacente et leur connexion avec les enjeux globaux de développement. Nous lancerons le débat à partir d'une analyse du positionnement de certains acteurs au regard des définitions retenues dans le cadre de l'année internationale, mais aussi des différentes interprétations et utilisations qu'ils ont pu en faire.
télécharger le ppt de la présentation
http://www.cirad.fr/actualites/toutes-les-actualites/articles/2014/ca-vient-de-sortir/politiques-publiques-pour-l-agriculture-familiale-caracteriser-pour-mieux-soutenir

 

 2014 

  • 9 décembre 2014

Alain Chatriot

CNRS - Equipe de recherches pour l'histoire du monde rural (ERHIMOR)

Jaurès et le monde paysan. Les débats fondateurs de la politique agricole française sous la IIIe République

 

  • 18 novembre 2014

Catherine Laurent

Economiste à l’INRA-SAD

Béatrice Mesini

Politologue au CNRS

Compétitivité des marchés productifs et concurrence des marchés de main-d'oeuvre, quel dumping social dans l'agriculture euro-méditerranéenne ?

Dans les régions méditerranéennes françaises, une littérature abondante détaille les succès de stratégies de développement fondée sur la valorisation de la multifonctionnalité de l'agriculture. Néanmoins, celles-ci n’ont permis d'assurer la reproduction que d'un nombre limité d'exploitations. Dans le même temps la pression sur la rémunération du travail s'est accrue et s'accompagne de nouvelles formes de flexibilisation de la main d'œuvre (notamment recours à des travailleurs détachés). L'image de l'agriculture multifonctionnelle en Méditerranée, mise en avant comme un atout marketing, ne conduit-elle pas à dépolitiser les débats sur l’avenir de l’agriculture régionale en masquant les contradictions qui s'exacerbent pour garantir la profitabilité des exploitations ?
En particulier dans le département des Bouches-du-Rhône, les saisonniers marocains et tunisiens ont remplacé les salariés permanents sur les exploitations depuis les années 1970. Puis des travailleurs détachés latino-américains, plus chers mais plus flexibles, ont été embauchés. Selon le rapport de la Direction générale du travail, le volume du détachement dans l’agriculture a quasiment triplé entre 2011 et 2012, en hausse de 350 000 jours, pour atteindre 550 000. Quelles sont les conséquences de ces évolutions sur la circulation du capital, les conditions de travail, les droits des travailleurs et des migrants ?
Laurent C. 2013. The Ambiguities of French Mediterranean Agriculture. Images of the multifunctional agriculture to mask social dumping? In Agriculture in Mediterranean Europe: Between Old and New Paradigms, Research in Rural Sociology and Development, Volume 19, 149–171
Mésini B., «The transnational recruitment of temporary Latino workers in European agriculture » in Gertel Jorg et Sippel Sarah (dir.), Fragmented agricultural productions and circular migrations : news space of insecurity, 2014.
Mésini, B., « Mobilités andines dans l’agriculture méditerranéenne : le détachement transnational à l’épreuve des droits de l’homme, du travailleur et du migrant », in Gérard Azoulay,Véronique Ancey, Daniel Dormoy, Chantal Crenn, André Mangu, André Thomashausen (dir.), Mobilités et migrations liées au développement et à l’environnement : formes et gouvernance, Paris, L’Harmattan, Presses universitaires de Sceaux, 2014.

 

  • 14 octobre 2014

Christophe Bonneuil

Historien au CNRS

Penser l'Anthropocène et ses enjeux

Discutant : Sébastien Treyer, directeur des programmes de l’IDDRI
 
On sait maintenant avec certitude l'origine humaine du réchauffement climatique en cours et la Conférence de Paris en décembre 2015 s'efforcera d'y donner enfin une réponse politique. Au-delà du climat, depuis quinze ans d'importants scientifiques ont proposé d'ajouter une nouvelle époque à l'échelle des temps géologiques : l'Anthropocène, pour signifier que l'humanité est devenue une force géologique qui bouleverse le système Terre. Mais les lectures de l'Anthropocène et de ses enjeux sont multiples. Crise écologique ou déraillement géologique? Fin du monde ou impasse du capitalisme? Echec de la modernité ou nouvel âge d'artificialisation technologique de la planète ?

 

  • 10 juin 2014

Xavier Poux

Consultant du cabinet d'étude AScA et membre de l'European Forum on Nature Conservation and Pastoralism

La prise en compte de l'environnement dans la nouvelle PAC : 28 nuances de vert ?

L'intégration de la biodiversité dans les politiques agricoles, dont la revendication remonte aux années 1990, est en passe d'être réalisée. Mesure phare de la nouvelle PAC, le
verdissement des aides apparaît comme une avancée réelle - même si elle est imparfaite et de plus en plus "vert pâle" - et indiquerait que, enfin, les aides du premier pilier
soutiennent la conservation de la biodiversité.
L'exposé reposera sur l'idée que, si la PAC "va dans le bon sens", les objectifs qu'elle vise en matière de biodiversité s'éloignent et que la situation se dégrade, sans que les
propositions récentes soient de nature à enrayer les phénomènes dommageables. Les principaux manques politiques résultent d'un ciblage insuffisant des mesures et d'une
dilution d'ensemble des objectifs de la PAC.
http://www.iddri.org/Publications/Collections/Analyses/STUDY0313_XP_biodiv%20CAP%20reform.pdf

 

  • 22 avril 2014

Yannick Sencébé

AgroSupDijon, CESAER

La Safer : une police de la terre qui cumule… toutes les critiques. Retour sur son histoire au regard du récent réquisitoire de la Cour des Comptes

Gendarme partial du foncier, entaille intolérable au droit de propriété, agent immobilier peu transparent, outil aux mains du syndicalisme majoritaire … La Safer cumule les critiques de tout bord, alors qu’elle est issue de la volonté politique de mettre fin aux « cumulards » qui concentraient les terres avant la mise en place de la politique des structures en 1960-62. Revenir sur son histoire, sur les ambivalences de son statut de société anonyme ayant des missions d’intérêt général, sur les évolutions de cette institution qui a survécu au projet qui l’a vu naitre, au besoin, en s’en éloignant, tout cela permettra de mieux situer les enjeux de sa réforme, dans le cadre de la Loi d’Avenir pour l’Agriculture et, de mieux saisir le réquisitoire sans appel que dresse à son égard la Cour des Comptes dans son dernier rapport.
Repères bibliographiques :
.Sencébé Y., Pinton F., Alphandery P., 2013, Le contrôle des terres agricoles en France : du gouvernement par les pairs à l’action des experts, Sociologie, n°3, pp. 251-268.
.Sencébé Y., 2012,  La Safer – De l’outil de modernisation agricole à l’agent polyvalent du foncier : hybridation et fragmentation d’une institution, Terrains et Travaux, n°20/ Aux bords du champ : agricultures et sociétés contemporaines, pp. 105-121.
.Rapport annuel de la Cour des Comptes, 2014, Tome 1, Deuxième partie - Les politiques  publiques ; Chapitre 1 – Agriculture ; 2ème section « Les Safer : les dérives d’un outil de politique d’aménagement agricole et rural », pp. 91-123 ; [http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Rapport-public-annuel-2014]

 

  • 11 mars 2014

Chantal Chomel (Coop-de-France), Francis Declerck (ESSEC Business School), Maryline Filippi (Bordeaux Sciences Agro – INRA), Olivier Frey (IRECUS - Université de Sherbrooke), René Mauget (ESSEC Business School) auteurs de l'ouvrage « Coopératives agricoles : identité, gouvernance et stratégies » paru aux Editions Larcier en 2013, http://editionslarcier.larciergroup.com/titres/130167_2/lescooperatives-agricoles.html

Coopératives agricoles : identité, enjeux et défis

Acteurs de l'économie solidaire, les coopératives agricoles font 40% du chiffre d'affaires des filières agro-alimentaires françaises. Face à leur identité, leur gouvernance et leurs stratégies, quels sont leurs enjeux et leurs perspectives ?

 

  • 11 février 2014

Jean-Marc Boussard

Président de l'Académie d'Agriculture de France, ancien directeur de recherche à l'INRA

50 ans d’économie rurale : carte blanche à Jean-Marc Boussard

Discutant : Frédéric Courleux, Centre d'études et de prospective du Ministère français del'Agriculture
 
Membre actif de la Société Française d'Economie Rurale, Jean-Marc Boussard compte parmi les principaux économistes ruraux contemporains. Ses nombreux travaux théoriques sur la modélisation du risque, le fonctionnement des marchés agricoles et l'incidence des politiques agricoles ainsi que sa participation active aux débats de politiques agricoles ont largement influencé plusieurs générations d'économistes. Ce séminaire sera l'occasion de mieux comprendre son parcours de chercheur, son analyse de l'évolution de la science économique et sa vision sur les challenges qui s'offrent à la recherche en économie rurale.

 

  • 7 janvier 2014

Yannick Jadot

Député européen, vice-Président de la commission « commerce international » du Parlement européen

Le « Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement » : enjeux et risques démocratiques et commerciaux

Discutant : Sébastien Couderc, chef du bureau des politiques commerciales au Ministère français de l'Agriculture
 
Le « Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement » est un accord de libre échange sans précédent, entre l’Union européenne et les Etats-Unis, qui concernerait la moitié du PIB mondial. Les négociations, lancées début juillet 2013, mettent sur la table le projet d’une « réduction substantielle des droits de douane » mais aussi celui d’une harmonisation des normes (sanitaires, environnementales…) et tout ce qui peut s’apparenter à des « barrières non tarifaires ». Les enjeux et risques, pour le secteur agricole notamment, sont donc potentiellement très importants.
 

 2013 

  • 10 décembre 2013

Franck Galtier

Chercheur au CIRAD-UMR Moisa

La conférence de Bali a-t-elle rendu licites les politiques de stockage aux  yeux de l'OMC ?

Discutant : Jacques Berthelot, ancien maître de conférences ENSAT, expert en politique agricole pour Solidarité

Voir les ouvrages de
. Franck Galtier «Gérer l’instabilité des  prix alimentaires dans les pays en développement - Une analyse critique des  stratégies et des instruments»,  http://www.afd.fr/webdav/shared/PUBLICATIONS/RECHERCHE/Scientifiques/A-savoir/17-A-Savoir.pdf
. Jacques Berthelot «Réguler les prix agricoles», http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=39833

 

  • 12 novembre 2013

Christophe Giraud

Sociologue, Université Paris Descartes-CERLIS

Jacques Rémy

Sociologue, INRA

L'exploitation agricole : naissance, vie et déclin d'une institution

2014 sera l’année internationale de l’agriculture familiale. Les deux sociologues en profiteront pour s’interroger sur les évolutions des exploitations agricoles et de leur caractère familial, sur les conditions et  la pertinence de leur maintien.
Références  : Rémy J. (2012). "L'exploitation agricole: une institution en mouvement."  Déméter(2013): 361-384.  Giraud G., publications sur le site : 
http://univ-paris5.academia.edu/ChristopheGiraud

 

  • 8 octobre 2013

Samuel Féret

Coordinateur du groupe PAC 2013 et d'ARC 2020 (Convention Agricole et Rurale)

Réforme de la PAC : quelles marges de manœuvre pour l'application française  ?  Le point de vue d’organisations de la société civile

Discutant : François Thabuis, président des Jeunes agriculteurs

Les accords politiques du 26 juin et du 24 septembre entre le Conseil, le Parlement et la Commission, laissent des marges de manœuvre aux Etats pour choisir les modalités de mise en œuvre de la réforme de la PAC au 1er janvier 2014 pour le développement rural et au 1er janvier 2015 pour les paiements directs. Le règlement sur les paiements directs contient une quarantaine de dispositions laissées à la discrétion des Etats membres. Ces derniers peuvent ainsi choisir le dosage de la convergence et du couplage des aides, opter pour le paiement redistributif sur les premiers hectares, préciser les modalités du « paiement vert » et des pratiques afférentes. La négociation de cette réforme - au moins sur les paiements directs - est le résultat d'une négociation inédite entre le Conseil et le Parlement européen débouchant sur une PAC beaucoup plus plastique et flexible. Du point de vue des organisations de la société civile en France et dans l'UE, cette réforme n'est pas terminée tant que les Etats ou les régions n'auront pas arrêté leur choix sur les paiements directs et les programmes de développement rural et tant que le processus de rédaction des actes délégués confié à la Commission ne sera pas achevé.

 

  • 10 septembre 2013

Philippe Le Goff

Professeur d'économie à Agrocampus Rennes

La directive nitrates, incompatible avec l'élevage ? Le cas de la France et  des pays d'Europe du Nord

La comparaison des politiques du lisier menées en France et dans les pays du  Nord de l’Europe fait apparaître des différences d’esprit importantes.
Les politiques des pays d’Europe du Nord, alignées progressivement sur celle  du Danemark, ont concentré leur action sur le respect effectif de l’équilibre  de la fertilisation, sans chercher à bloquer ni à éviter les nécessaires  évolutions structurelles. A contrario, la France a basé sa politique du  lisier sur la maîtrise et le maintien des structures d’élevage, à défaut de  se donner les moyens de maîtriser les excédents de minéraux.
Texte intégral sur le site de Notre Europe :  http://www.notre-europe.eu/media/directivenitrate-legoffe-ne-ijd-mai13.pdf?pdf=ok

 
  • 4 juin 2013

Geneviève Nguyen

Maître de conférence en économie, Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse

François Purseigle

Maître de conférence en sociologie, Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse

Agricultures de firme : identification et caractérisation

Discutant : Philippe Boullet (CER France)

La plupart des analyses en économie et sociologie agricole ont été dominées par le caractère familial de ce secteur, au risque d’en faire, selon nous, un invariant. Or, les transformations observées de l’agriculture familiale et l’émergence d’agricultures peu ou pas familiales, et dont le travail lui-même n’est pas d’origine familiale, conduisent à questionner les schémas classiques d’analyse des formes sociales d’organisations de la production agricole.
Sous l’influence de la globalisation, de la financiarisation et des évolutions technologiques, une agriculture que nous qualifions à ce stade « de firme » développe des formes organisationnelles nouvelles, reposant d’une part, sur la multiplicité des unités de prise de décision, chacune ayant ses finalités propres, et d’autre part, sur une mobilisation conséquente de ressources matérielles et immatérielles nouvelles d’origine non-agricole.
Les observations empiriques montrent non seulement l’entrée de nouveaux acteurs (fonds d’investissement, multinationales, grandes familles d’entrepreneurs…), mais aussi la mutation du rôle des anciens acteurs (des Etats-acheteurs de terres agricoles, des entreprises de l’agro-fourniture, des agriculteurs-salariés de l’Etat et de multinationales, des exploitations agricoles devenant de véritables entreprises agro-alimentaires…). Caractérisées par leur grande diversité, les finalités de ces différentes catégories d’acteurs pourraient présenter une certaine cohérence d’ensemble comme elles pourraient entrer en contradiction les unes avec les autres, obligeant à des modalités de contractualisation et de gouvernance particulières : développement de la sous-traitance, arrivée de capitaux externes, sécurisation de l’approvisionnement alimentaire et/ou énergétique d’un pays, optimisation du portefeuille d’actions ou encore maximisation du retour à l’investissement.
La frontière de ces formes productives nouvelles et leur organisation interne seraient ainsi plus difficiles à cerner dans la mesure où ces organisations impliquent un certain niveau d’investissement financier et technologique, les obligeant à émarger sur des secteurs productifs non-agricoles.
Nous voulons, à travers la présentation d’hypothèses et de résultats de recherche en cours (ANR JCJ) illustrer ces processus d’abstraction et de financiarisation, donner corps à la notion d’agriculture de firme mais aussi comprendre les « sédimentations » et filiations de  ces formes que l’on qualifie ici d’émergentes mais dont on sait qu’elles ne se constituent pas ex nihilo. D'un point de vue théorique, cette recherche aborde en effet des questions peu explorées jusqu'à présent, tant en économie des organisations et des institutions qu'en sociologie, à propos du processus d'émergence d'organisations hybrides et de leur coexistence.

 

  • 21 mai 2013

Allan Buckwell

Institute for European Environmental Policy

Biens publics et Politique agricole commune

Discutantes : Janet Dwyer (Université de Gloucestershire) et Aurélie Trouvé (AgrosupDijon), programme de recherche ANR « Bippop » («Les biens publics dans la PAC 2013 », http://bip-pop.org/ )
 

Télécharger la communication d'Allan Buckwell au format ppt

Les débats sur le devenir des politiques agricoles sont fortement marqués par l'émergence de la notion de biens publics. Mais cette notion reste ambigüe. Comment est-elle apparue dans les débats sur la Politique agricole commune (PAC) ? Quels acteurs la portent, dans quel sens et avec quelles implications, notamment pour la PAC après 2013 ?
Allan Buckwell introduira ce sujet. Il est professeur émérite en économie. Spécialiste de la PAC, il a enseigné et cherché à l'Université de Newcastle puis du Wye College. Il a joué un rôle important d'expert auprès de la Commission européenne et de nombreuses organisations comme la Country Land and Business Association. Il a contribué à l'émergence de la notion de biens publics dans les débats sur la PAC. Il travaille actuellement pour l'Institute for l'European Environmental Policy. Il a récemment coordonné un rapport, Public Goods from Private Land.(http://www.agriculture.gov.ie/media/migration/agri-foodindustry/foodharvest2020/foodharvest2020/submissionsreceived/Rise%20Task%20Force.pdf ).

 

  • 9 avril 2013

Jean-Christophe Bureau

Professeur d’économie, AgroParisTech-Paris

Réforme de la PAC : alors que le trilogue débute entre le Conseil et le Parlement européen, où en est-on ?

Discutant : Guilhem Brun (Sous Directeur des Affaires Européennes – Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt)

Les nouveaux pouvoirs de co-décision accordés au Parlement Européen ont sensiblement modifié la genèse des réformes de la PAC. Alors que la négociation entre dans sa dernière ligne droite, avec en perspective le Trilogue entre Parlement, Conseil et Commission, ce séminaire sera l’occasion defaire le point sur les différents textes en discussion.  
En particulier, les débats sur la convergence des aides et le verdissement du 1er pilier seront abordés au travers d’un article de Jean-Christophe Bureau paru sur le blog Capreform.eu  
http://capreform.eu/the-biodiversity-consequences-of-the-killing-of-the-ecological-focus-area-measure-by-the-council-and-the-comagri/  

 

  • 6 février 2013

Olivier de Schutter

Rapporteur Spécial des Nations Unies pour le Droit à l'Alimentation

La gouvernance mondiale de la lutte contre la faim

Les gouvernements et les agences internationales ont accru la mobilisation dans la lutte contre la faim depuis la crise des prix alimentaires de 2007-2008. La gouvernance mondiale de la sécurité alimentaire a été renforcée à plusieurs niveaux. Mais est-ce suffisant ? Ces efforts convergent-ils ? Et comment articuler le rôle des gouvernements avec l'investissement privé ? La conférence passera en revue les défis qui subsistent, avec le recul que permettent cinq années de crise.
Olivier De Schutter, Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation depuis mai 2008, est professeur à l’Université catholique de Louvain et au Collège d’Europe (Natolin).
Le débat est en vidéo en suivant ce lien : http://podcast.agroparistech.fr/users/lesdebatsdelagro/weblog/14056/La_gouvernance_mondiale_de_la_faim.html